Les types de terrains hippiques

Les pistes ont un impact sur les performances des chevaux. En fonction de leur état et de leur nature, les animaux peuvent éprouver ou non des difficultés à courir, c'est un critère très important pour analyser une course. Les pistes en mâchefer ont une excellente résistance aux intempéries et sont relativement stables. Ce type de revêtement est très abrasif et peut avoir des répercussions sur les sabots des chevaux.

Les pistes en herbe

Les pistes en herbe sont sans nul doute les plus répandues. Les premiers hippodromes étaient généralement constitués de terrains en herbe, mais ceux-ci ont progressivement disparu pour laisser leur place au gazon et à d’autres matières, comme le sable fibré et la pouzzolane.

Les piste en sable fibré

Les pistes en sable fibré ont commencé à se répandre au début des années 2000. Les PSF sont nettement plus stables que les pistes en gazon et ont une meilleure résistance aux variations climatiques. Elles peuvent être exploitées quelles que soient les conditions météorologiques. Il faut savoir qu’elles ne peuvent être classées parmi les terrains secs ou souples et il est indispensable de connaître l’appétence des chevaux avant d’établir des pronostics.

Les piste en cendre

Qualifiées de dures, les pistes en cendrée sont destinées aux épreuves de trot. Inauguré le 29 mars 1863, l’hippodrome de Vincennes dispose d’une grande piste en cendrée de 1975 mètres et d’une piste moins imposante de 1 325 mètres. Chaque année, il accueille différents événements, tels que le Prix d’Amérique, le Prix de Cornulier, le Prix de France, le Prix de Paris et le Prix de Centaure.

Les piste en sable

Les pistes en sable sont moins répandues que celles en sable fibré. Celles-ci sont composées de silice pure, de microfibres synthétiques, de microparticules et de corps gras. À l’instar des PSF, elles sont généralement utilisées pour les épreuves de trot.

Les piste en pouzzolane

La pouzzolane est composée de projections de roche volcanique. De couleur rouge orangé, les pistes en pouzzolane sont généralement très stables et possèdent une grande résistance aux intempéries. Dans la majorité des cas, ce type de terrain est utilisé pour les courses de trot.

Les piste en mâchefer

Issu de la combustion du charbon, le mâchefer est utilisé dans la création d'une piste dure. Bien qu’ils nécessitent un entretien méticuleux, les pistes en mâchefer, en l’occurrence celle de Vincennes, sont très appréciées des spécialistes de trot.

Les piste en gazon

Les pistes en gazon ont fait leur apparition grâce au développement des courses hippiques. Elles ont remplacé de nombreux terrains en herbe et contrairement à la pouzzolane et au mâchefer, leur fermeté dépend essentiellement de l’hippodrome. Le sol très argileux de Maisons-Laffitte est peu praticable en cas de fortes précipitations, tandis qu'à Saint-Cloud, il est beaucoup plus ferme puisqu’il est constitué de sable.

L'état du terrain

Pour connaître l’état d’un terrain, il faut généralement faire appel à un pénétromètre, un poids en forme d’obus. Il est utilisé sur les pistes en herbe, pour définir la souplesse du revêtement. En laissant le pénétromètre tomber d'une certaine hauteur, les spécialistes peuvent déterminer précisément si le terrain est souple ou dur en fonction de l’enfoncement. Il existe différents types de terrains : très léger, léger, bon, souple, très souple, collant, lourd et très lourd. Pour information, l’état du terrain est un élément important dans l’élaboration des pronostics.

Complétez votre analyse avec les articles suivants: